Sélectionner une page

Dissonances vous invite à partager une heure avec Jean jacques Gandini…. cet avocat qui durant toute sa carrière s’est emparé du droit contre les puissants , pour en faire un outil au profit des opprimés, agissant ad vocatum, à leur côtés, afin de leur permettre de devenir maitres de leur destin. Avocat honoraire depuis 2016, il continue toujours aujourd’hui à lutter contre les nantis et à dénoncer, au sein de la Ligue des Droits de Homme, les violences policières et les agissements des membres de l’extrême droite.

Son engagement en anarchie n’est pas étranger à sa détermination à prôner l’application réelle de la liberté et de l’égalité, des valeurs que riches et puissants ont toujours trouvé très dangereuses.

Dans Dissonances, il sera question de Mai 68, d’écritures, de rencontres marquantes, de la Chine et des brèves saisons de l’Anarchie vécues en Espagne et en Ukraine, et aussi de l’athénée libertaire de Montpellier, le Centre Ascaso Durruti.

Dans Dissonances, Jean-Jacques Gandini évoque le Collectif du 22 mars de Montpellier et son rôle déterminant dans la lutte contre l’extrême droite en Occitanie, à travers l’affaire dite du commando d’extrême-droite intervenu violemment à la Fac de droit de Montpellier le 22 mars 2018

Et il nous parlera de la relève qui est là aujourd’hui, avec les avocates et avocats rebelles, des femmes et des hommes qui font passer leurs idées, leur éthique, leur humanisme, et  leurs combats avant leur carrière.

COLLECTIF DU 22 MARS 2018 -Justice en fac de droit

Share This