Sélectionner une page
LOÏC SERON « Cheminer avec Mario Rigoni Stern »

LOÏC SERON « Cheminer avec Mario Rigoni Stern »

Mario Rigoni Stern, après la publication de son premier livre en 1953, est devenu un auteur immensément populaire en Italie. Lui qui ne se voulait ni ne se voyait écrivain, est, après la guerre, un modeste fonctionnaire au cadastre, revenu vivre parmi les siens, dans l’altipiano.

Malgré ses succès d’édition, il vit retiré dans une maison construite de ses mains, à l’orée de la forêt, dans les environs d’Asiago. Là, il reçoit volontiers, sur un banc de bois, intellectuels et journalistes, venus prendre son avis, recueillir ses souvenirs.

Dissonances vous donne à écouter le récit de l’un d’eux.

Passionné par son œuvre, le photographe Loïc Seron a tenu à rencontrer l’homme pacifiste, et humaniste qu’était le sage d’Asiago.

Le résultat en est un magnifique livre de photos et de textes de Loïc Seron, qui font écho, avec talent et poésie, à la voix du témoin de son temps que fut Rigoni Stern, une voix qui est parvenue à garder son authenticité jusqu’à aujourd’hui.

« On trouve rarement pareille cohérence entre l’homme qui vit et l’homme qui écrit, on trouve rarement une pareille densité d’écriture » a écrit son ami Primo Levi .

Réalisation: Dani Joulié & Josef Ulla

Liens :

Sur le livre « Altipiano » de Loïc Seron :

https://altritaliani.net/altipiano-cheminer-avec-mario-rigoni-stern-i-rencontre-vernissage-avec-loic-seron/

Sur Mario Rigoni Stern :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mario_Rigoni_Stern

OBLIGÉS DE QUITTER LA FRANCE ! Ça se passe en Aveyron, à Aubin…

OBLIGÉS DE QUITTER LA FRANCE ! Ça se passe en Aveyron, à Aubin…

Un couple de libanais est arrivé en France en 2016 avec leurs deux petites filles, aujourd’hui âgées de 7 et 9 ans pour leur offrir une vie meilleure. Entamant le long et difficile parcours des demandeurs d’asile, ils commençaient à croire que leur vie prenait la direction qu’ils souhaitaient et que cette vie meilleure était à portée de main.

Ils ont acheté une maison dans un village du Bassin de Decazeville, dans l’Aveyron, les filles ont trouvé un équilibre dans cette nouvelle vie rurale, le papa travaille dans le bâtiment et la maman a le projet de devenir aide à domicile.

Ces avancées réelles et concrètes sont aujourd’hui mises en péril car ils ont reçu, début octobre, une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) de la Préfecture de l’Aveyron.

Ce lundi 17 octobre, 200 personnes ont manifesté leur soutien à cette famille.

Aujourd’hui, dans Dissonances nous entendrons:

– le maire d’Aubin, Michel Bart,

-la présidente de l’association La Boussole, Sylvie Rémès,

– Graziella Pierini, descendante d’immigré et conseillère départementale,

-le vidéaste Alain Solignac, qui accomplit un incroyable travail de mémoire sur l’Histoire sociale du bassin,

et Nadine Peyrière bénévole à la Cimade.

Un grand merci à Lilian Bathelot pour la captation du son ainsi qu’à Annick Plenacoste pour la mise en relation….

Pour aller plus loin :

https://www.ladepeche.fr/2022/10/18/quelque-200-personnes-en-soutien-a-la-famille-libanaise-10743900.php

https://www.ladepeche.fr/2022/10/16/menacee-dexpulsion-la-famille-libanaise-veut-vivre-en-france-10739598.php

Une pétition à signer :

https://chng.it/7zZNw6WHVg

CIMADE Groupe Local de Figeac
19 Rue Saint Thomas
06 81 39 91 99
figeac@lacimade.org 

CHRISTIAN RAGOT… une étoile qui a sûrement une forme bien à elle.

CHRISTIAN RAGOT… une étoile qui a sûrement une forme bien à elle.

Depuis ce 20 septembre 2022, l’étoile de Christian Ragot, designer engagé, brille maintenant dans le ciel. Et comme l’écrit si bien Marie Précheur, c’est une étoile qui a sûrement une forme bien à elle.

Nous lui avions consacré une émission en janvier 2016. Elle est rediffusée aujourd’hui ; mais en préambule, vous entendrez les témoignages de François Barré, ancien président du musée Pompidou à Paris, et de Nicolas Hérisson, directeur artistique de l’association Piacé le radieux.

Ils y évoquent le parcours singulier de Christian Ragot.

Inventant sans cesse, avec un regard lucide sur le monde, sans jamais se laisser tenter par les chemins du succès, il a voulu une approche sociale et critique du design.

De lui, son ancien élève, Jean-Claude Seifert dit qu’il est comme l’eau… on connait sa source mais on ignore où elle finit de couler et parfois, elle devient souterraine, nuage pour tomber ailleurs…

Refusant les chefs, abhorrant le conformisme, détestant le pouvoir, il a aura été un designer indépendant, toujours guidé par l’éthique et le refus d’être instrumentalisé.

On peut encore voir ses créations au centre Pompidou à Paris, au musée de Arts de Piacé le Radieux, Bézard-Le Corbusier, mais aussi à Montlaur, dans le sud Aveyron….chez lui, le lieu où il aimait venir se ressourcer.

AFFAIRE VINCENZO VECCHI…MENACE SUR LES DROITS FONDAMENTAUX

AFFAIRE VINCENZO VECCHI…MENACE SUR LES DROITS FONDAMENTAUX

Aujourd’hui Dissonances revient sur le cas de Vincenzo Vecchi.

Vincenzo Vecchi,  est sous le coup d’un Mandat d’Arrêt Européen (MAE) émis par la justice italienne en 2019 à la suite de sa condamnation à 12 ans de prison pour avoir participé au contre-sommet du G8 à Gênes en 2001, alors même qu’il vit,  réfugié en France à Rochefort-en-terre, dans le Morbihan, en Bretagne, depuis 11 ans, parfaitement intégré et apprécié de tous.

Et c’est sur la base d’une   vieille loi prise à l’époque où les fascistes étaient au pouvoir en Italie, sous Mussolini, que Vincenzo est poursuivi.

La Cour de Justice européenne vient de donner son avis ce 14 juillet 2022, autorisant l’application d’une loi fasciste dans l’Union Européenne.

À quand l’exécution d’un mandat d’arrêt européen à l’encontre d’une citoyenne polonaise réfugiée en France après avoir avorté dans son pays ?

Laurence, Pascale et Hervé, membres du Comité de Soutien à Vincenzo Vecchi viennent évoquer l’urgence et l’importance qu’il y a à soutenir cette lutte, qui aujourd’hui dépasse le cadre du cas de Vincenzo car il en va de la sauvegarde de nos droits fondamentaux et de nos libertés pour tous les européens.

Emission réalisée par Josef Ulla, co-produite et diffusée avec et sur Radio Saint Affrique .

Couleur musicale :

  • Bella Ciao, Micol Arpa Rock
  • On lâche rien, HK & les saltimbanks
  • Oh libertà, Serge Reggiani (musique G. Moustaki)
  • Cello Suite no. 6 in D Major BWV 1012, interprétée par Ana Maria Iordache
  • Le début de notre monde, HK
MIMMO LUCANO, 13 ans de prison pour délit d’humanité

MIMMO LUCANO, 13 ans de prison pour délit d’humanité

Dissonances évoque le parcours d’un homme qui est condamné à 13 années de prison pour avoir défendu l’asile, la solidarité et l’hospitalité.

Cet homme s’appelle Domenico Lucano, dit aussi Mimmo Lucano.

De 2004 à 2018, il a été le maire humaniste du village de Riace en Italie. De ce coin de terre calabraise, en Italie du Sud, terre historiquement liée à l’émigration, cet homme en a fait pendant 14 années le symbole d’un projet de société alternatif fondé sur l’entraide, la solidarité et la fraternité….

C’est ainsi que, accueillant les migrants et les exilés qui débarquaient sur les plages toutes proches, le village se réanime : l’école, fermée par manque d’enfants, rouvre et  la production d’olives est relancée, les logements inoccupés sont récupérés et partagés, d’anciennes infrastructures sont restaurées, le conseil municipal parie et investit dans l’éducation, la formation professionnelle, l’économie sociale et solidaire, et créée même une monnaie locale…Plusieurs centaines de migrants sont ainsi secourus, la commune leur trouvant des logements provisoires et pour certains qui sont restées sur place, des emplois.

En 2016, alors que le  Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU salue son action, des manifestations conduites par l’extrême droite, avec à sa tête la Ligue du Nord, font du projet de Riace, leur cible prioritaire.

Aux élections législatives de 2018, Matteo Salvini, le dirigeant de la Ligue du Nord entre au gouvernement et devient ministre de l’intérieur. Sa volonté est de lutter contre l’immigration et donc de délégitimer les réalisations de la municipalité de Domenico Lucano, réalisations qui sont l’antithèse de ce que veut cette extrême droite qui monte partout, animée par la haine.   

Mimmo est arrêté le 3 octobre 2018, assigné à résidence, suspendu de ses fonctions et interdit de séjour sur la commune de Riace .

Sous la pression de l’extrême droite, mais aussi de la mafia omniprésente en Calabre, la répression judiciaire s’accroît.

Le verdict tombe le 30 septembre 2021.

Domenico est condamné, à treize années et deux mois de prison,  reconnu coupable d’association de malfaiteurs aux fins d’immigration irrégulière, de pratiques frauduleuses, de détournements de biens publics et d’abus de fonction publique. La justice lui réclame également de reverser 500 000 euros d’aides publiques perçues par la commune.

 « J’assume d’être sorti de la légalité, commente Mimmo Lucano,  mais la légalité et la justice sont deux choses différentes. La légalité est l’instrument du pouvoir et le pouvoir peut être injuste. À une époque donnée, la légalité ça été le troisième Reich, l’esclavage, l’apartheid ».

Retour sur le parcours de Domenico Mimmo Lucano, le maire des migrants, accusé du délit de Solidarité.

Cette émission, réalisée par Josef Ulla, est à écouter (ou à télécharger) sur le site internet de Radio Saint Affrique mardi 25 janvier à 18h, mercredi 26 janvier à 8h et samedi 29 janvier à 16h, ainsi que, dès le 1er février,  sur les radios du Réseau National des Radios Associatives.

LIENS:

  • ILLUSTRATION MUSICALE:
  • Melocoton de Colette Magny, par Allain Leprest
  • Rivoluzione, Asciano Celestini